Ciné Club Sandwich — Stuff

STUFF de Gibby Haynes & Johnny Depp (1993)

 

La nouvelle est tombée dimanche soir, inattendue et inespérée. Après 10 ans d’absence, John Frusciante retrouve les Red Hot Chili Peppers en remplacement de Jean-Paul Delevoye, contraint de démissionner de son poste de guitariste.

C’est le deuxième « come-back » de Frusciante, qui a participé aux plus grands succès du groupe californien et qui pour beaucoup, est le véritable génie du groupe à qui l’on doit tous leurs meilleurs tubes. L’occasion d’évoquer rapidement le court métrage documentaire « STUFF » dont il est l’objet.

 

Notation :

C’est ça le rock : + + + + + +

Street art : + +

Non mais tu peux pas comprendre, je suis un artiste : + + + + + + + + +

Valérie Damidot : – – – – –

 

De quoi ça parle :

John Frusciante rejoint les Red Hot Chili Peppers en 1988 pour remplacer Hillel Slovak, le guitariste du groupe, mort d’une overdose. Un événement qui serait dramatique, s’il n’était pas aussi banal pour un groupe de rock qu’un passage chez Michel Drucker pour un chanteur de variété. 

Quelques années plus tard, en 1992, les Red Hot Chili Peppers deviennent des stars mondiales grâce au succès de leur album Blood Sugar Sex Magic. Pas forcément très à l’aise avec ce nouveau statut, Frusciante se réfugie dans l’héroïne et se met à entendre des voix (on espère pour lui qu’elles chantaient un peu moins faux qu’Anthony Kiedis).

Il quitte le groupe en plein milieu de la tournée (après avoir volontairement saboté quelques représentations et interviews) pour se consacrer à sa nouvelle passion : la drogue. Il vit sur les hauteurs de Los Angeles, passe l’essentiel de ses journées à se camer, à écrire sur les murs et enregistrer des chansons qui ressemblent furieusement à un mec qui accorde sa guitare à trois grammes pendant qu’on lui épile les jambes à la cire.

C’est le moment que choisissent deux de ses amis, Gibby Haynes et un certain Johnny Depp, pour venir faire un plan séquence de 10 minutes dans son appartement. Au delà de la centaine d’affaires, détritus et bouteilles vides qui s’accumulent au sol, on peut aussi entendre John Frusciante déclamer un poème pendant qu’un mec chelou se tient immobile dans sa salon.

 

Quel génie ce Adam Driver

 

Les points forts :

  • Finalement, votre appartement n’est pas si mal rangé.
  • Au milieu du bordel, une bien belle collection de guitares.
  • Pendant les 10 minutes du film, on entend les musiques de John Frusciante en fond. Elles plairont beaucoup aux amoureux de la musique psychédélique, aux amateurs de pédales à effets et aux gens en plein trip de LSD de manière générale.
  • Si vous aussi quand vous étiez adolescent, vous enragiez de ne pas pouvoir écrire partout sur les murs de votre chambre pour exprimer votre frustration face à ce monde injuste, vous allez vous rendre compte que vous n’avez rien raté car le rendu n’aurait pas été terrible.
  • On sourit beaucoup en voyant défiler le générique qui crédite une équipe aussi importante que celle du dernier Avengers.

 

Les points faibles :

  • Le film dure 10 minutes, mais dès la troisième minute, on avait bien compris le message.
  • À un moment, on voit John Frusciante allongé sur son canapé et on a l’impression qu’il est mort. (En fait ça va, il était probablement juste en train de faire une sieste pour digérer sa dernière dose).
  • La présence d’une salle de bain avec WC et douche, de toute évidence complètement inutile et qui gâche un espace conséquent où John aurait pu mettre des boites de pizzas, quelques seringues et des peintures que n’aurait pas reniées votre cousin de 5 ans. 
  • Le choix de la chanson « Hallelujah » pendant le générique, qui casse un peu l’ambiance bon enfant qui régnait jusque là.

 

Le saviez-vous :

  • Ce court-métrage est le meilleur spot de prévention anti-drogues du monde. Et probablement la pire vidéo immobilière de l’univers.
  • Si vous ne rangez pas votre chambre, Johnny Depp viendra faire un documentaire chez vous.
  • River Phoenix, qui était le meilleur copain de Frusciante, a passé pas mal de temps dans cette maison, avant de mourir cette même année d’une overdose. Comme quoi la série FRIENDS aurait pu avoir une ambiance bien différente.
  • Quelques mois après le tournage, la maison a pris feu et John Frusciante a été victime de plusieurs grosses brulures. En même temps, ça a aussi résolu beaucoup de problèmes qui se seraient présentés au moment du déménagement.
  • Si vous vous demandiez où Johnny Depp puisait son inspiration pour ses rôles vous avez l’explication : de ses amis drogués.

 

Ces dernières années, John Frusciante s’était intégralement consacré à sa nouvelle vie de sosie de Rivers Cuomo. 

 

Les conditions idéales pour voir ce film :

Avec sa femme de ménage.

 

Ce qu’il faut en retenir : 

Si tu as des galères, dis toi que John Frusciante s’en est sorti, donc tu devrais réussir à rebondir aussi. 

 

Si vous avez aimé ce film, vous aimerez aussi :

  • Perdre vos dents.
  • Marie Kondo
  • Passer l’aspirateur.
  • Vous mettre des rappels sur votre calendrier quand c’est le jour des poubelles.
  • Récupérer votre caution.
  • N’avoir aucun talent, aucun génie et donc aucun problème existentiel qui vous pousse à consommer de la drogue pour oublier vos tracas.
  • La série d’interviews de lui et les Red Hot en 1994.

 

Regardez STUFF ci-dessous. 

The following two tabs change content below.

Bastien

J'aime bien les singes, Margot Robbie et Romain Gary.

Derniers articles parBastien (voir tous)

Laisser un commentaire