Série – Game of Thrones S08E05, le récap’

CREEEEEEEEVEUH, PUTAAAAAIN !

Notation : 

La Fureur du Dragon : ++++++++
Bruce Lee : –
Il faut sauver le soldat Arya(n) : +++++
Burn-out : +++++++++++
Smecta, Imodium et une bonne hydratation : pas assez

 

 

Le synopsis : 

On y est, on arrive enfin au grand affrontement. À peine remise de la guerre contre les zombies, l’armée venue du nord assiège la capitale environ 18 secondes avant de l’attaquer en bonne et due forme, bien aidés par un dragon qui a bu trop de Red Bull au petit dèj.
Après avoir lu le script, Daenerys se dit que le bodycount n’est pas à la hauteur des autres batailles de la série, et malgré l’annonce de la capitulation, elle se met à cramer tout ce qui passe : la ville, les bateaux, Notre Dame de Port-Réal et les habitants. Oui, les habitants. Car ces derniers existent pour de vrai, et sont faits de chair, de sang et de larmes, un détail que tous les personnages principaux semblent découvrir à cette occasion.

Accessoirement, on n’a aucune idée de l’identité du/des correspondant(s) épistolaire(s) de Varys. Et Bronn est introuvable.

 

 

Le mec s’attendait à Gilbert Montagné en 4L. Forcément, quand c’est Lewis Hamilton qui déboule ça surprend.

 

Points forts : 

  • Les Dothrakis ont appris des choses. Comme mener une charge de cavalerie par exemple. Bon, ça leur sert à abattre des femmes et des enfants, mais on ne peut pas leur nier un certain progrès.
  • On remercie le réalisateur d’avoir filmé la bataille de jour, c’est déjà plus lisible et certains plans sont splendides. On lui pardonnerait presque de les avoir alternés avec des scènes où des mecs en flammes crient « AAAAAAAH » en agitant les bras tels des cascadeurs au Puy du Fou.
  • On ne voit pas Bran.
  • Contrairement à Oberyn et Qyburn, le Limier a une vraie tête de bonhomme qui ne casse pas.
  • Varys a un peu maigri. Tant mieux pour lui.
  • Pendant ce temps-là, Thormund et Ghost jouent à la baballe dans la neige.
  • On se découvre une certaine compassion pour Jon Snow. On a tous vécu ce moment où on se rend compte qu’on s’est mis en couple avec une meuf complètement folle et où on réfléchit à comment la larguer sans qu’elle détruise notre vie.
  • On imagine bien Daenerys descendre de son dragon pour retrouver Jon, Tyrion, Davos et Greyworm au campement puis leur lâcher un petit « Bon bah ça s’est pas trop mal passé cette histoire finalement, non ? ». 

 

Jaime devant la porte du donjon : une allégorie

 

Points faibles : 

  • C’est bien gentil de vouloir « inspirer la peur » faute de se sentir aimée, mais pas sûr que ce soit bien utile quand tout le monde est mort.
  • Au moment où Arya se sépare de Clegane, on pourrait imaginer qu’elle va épouser Gendry, avoir des gosses, un labrador, un Scenic, les vacances au camping à Gruissan… Et puis non. Passer si près du bonheur !
  • Bran est toujours vivant. Il sera donc là au prochain épisode.
  • Le Limier a une vraie tête de bonhomme, mais il est quand même mort. Comme quoi…
  • Varys a un peu brulé. Tant pis pour lui.
  • La symbolique de l’ex-pucelle qui réchappe du bûcher sur son blanc destrier pourrait vous donner envie de voter pour les mauvaises personnes aux prochaines élections.

 

Le Saviez-vous : 

  • Les effets spéciaux de cet épisode sont sponsorisés par l’office du tourisme de Pompéi.
  • L’un des spin-off prépare le crossover avec l’univers d’Astérix, où on verra Numérobis chargé de reconstruire Port-Réal.
  • Les vertus anti-bactériennes et fongicides du charbon sont connues depuis le 4e millénaire avant Jésus-Christ. Il ne fait donc aucun doute que les actions de Daenerys n’ont eu pour but que la santé et le bien-être de la population de Port-Réal grâce à l’assainissement de la ville. Et n’allez pas dire que ce n’était pas nécessaire, ce monsieur Montagne avait l’air un peu malade quand même.

 

 

« Pourtaaaaaaant… Que la montaaaaagne est beeeeeelleuh »

 

 

Les conditions idéales pour regarder cet épisode :

  • En cherchant les allume-feu et le briquet pour lancer le barbecue.
  • En écoutant IAM. « Le Feu », ou « L’Empire du côté obscur », pour être plus précis, posé OKLM dans un abri antiatomique.

 

 

Ce qu’il faut en retenir : 

  • Si vous voulez assassiner quelqu’un, n’attendez pas trop.
  • Le heel-turn de Daenerys rappelle celui d’Anakin Skywalker. Après avoir eu l’air constipé pendant 3 épisodes, elle sort d’une grosse gastro et patatras. Ne négligez pas votre appareil digestif les amis, on ne l’appelle pas « le 2e cerveau » pour rien.

Devant la violence de cet épisode, nous préférons vous montrer ces images bucoliques tournées par les Monty Python.

 

 

Si vous avez aimé cet épisode, vous aimerez aussi : 

  • Hiroshima mon Amour
  • Apocalypse Now
  • Faire flamber une fourmilière avec une loupe (ou du napalm) par un beau jour d’été
  • Sim City 2000

 

 

Si vous avez aimé cet épisode, vous n’aimerez pas :

Lire 83 vannes identiques autour du salaire de Lena Headey sur Twitter. En particulier quand vous vous apprêtiez à en faire une.

 

Arya au prochain épisode, vue d’artiste.

 

The following two tabs change content below.
Arriere Cuisine
L’Arrière-Cuisine est un site internet possédant une ligne éditoriale au moins aussi cohérente et élaborée que le programme d’un candidat écologiste à la présidence de la République. Son esprit pourrait être à peu près résumé ainsi : « Vous perdez beaucoup de temps à lire des conneries sur Internet. Alors pourquoi pas les nôtres ? »
Arriere Cuisine

Derniers articles parArriere Cuisine (voir tous)

2 réflexions au sujet de « Série – Game of Thrones S08E05, le récap’ »

  1. Le dragon avait lui aussi l’air barbouillé car ses flammes c’était carrément du feu thermonucléaire(les bâtiments explosaient littéralement). Il devrait soigner son système digestif avec des fibres, en bouffant Bran par exemple. Il parait que All Bran c’est plein de fibres.
    Varys était pas si futé que ça. Avec un nom pareil tu restes pas dans les pattes d’une femme comme Daenerys.
    Apparemment pour cette dernière saison tout le budget est passé dans le cachet des stars et les effets spéciaux, du coup il ne leur restait plus un kopeck pour se payer un scénariste. Il est temps que ça se finisse.

Laisser un commentaire