Ciné Club Sandwich – Robin des Bois

Robin des Bois de Otto Bathurst (2018)

 

Citation

“C’est trop dangereux
– Mais c’est le danger qui rend ça fun”

 

Notation :

Azeem le Grand : —-
Azeem le Petit Jean : +++
Crossfit médiéval : ++++++
Fast Germinal & Furious at the Hunger Games : ++++++++++++++++

 

Si tu pensais que tu connaissais déjà l’histoire :

Robin de Locksley (Taron Egerton), jeune noble qui nettoie lui-même les étables de son manoir, tombe un jour sur Marianne (Eve Hewson), voleuse communiste au visage masqué et au décolleté plongeant. C’est le coup de foudre. Mais le vilain shérif de Nottingham (Ben Mendelsohn), bien décidé à ne pas les laisser faire du Netflix & Chill peinards au château envoie Robin aux Croisades. Déployé comme sniper à l’arc pendant l’opération Renard du Désert, il n’y trouve ni Saddam, ni Oussama mais Jean (Jamie Foxx) qui lui colle une sérieuse branlée avant de devenir son mentor. De retour en Angleterre où tout le monde le croyait mort, Robin retrouve Marianne, qui sert la soupe populaire et vit désormais avec Will (Jamie Dornan), une sorte de Mélenchon jeune, beau et pauvre (mais ambitieux).

Une bonne séance de crossfit avec des chaînes plus tard, Robin devient “le Cagoulé”, icône populaire qui ravive l’espoir du peuple, en s’attaquant aux manœuvres pas très jolies-jolies de l’église.

 

Si ça vous rappelle Spartacus ou Gods of Egypt, dites-vous que même eux n’avaient pas osé les semelles en crêpe

 

Points forts :

  • C’est pas vraiment au Moyen-Âge. Ni dans le futur. C’est un concept. Et finalement, ça, c’est plutôt original
  • Le film vaut le coup rien que pour le climax, où Robin et ses amis les gilets jaunes émeutiers envahissent Nottingham, avant de se faire latter par des CRS médiévaux avec des boucliers qui peuvent éteindre les flammes (?!).

 

Christophe Castaner : Evolution

 

  • Baby Driver nous avait déjà laissé entrevoir ce dont Jamie Foxx était capable en roue libre. Ici c’est encore pire, et c’est assez fascinant à voir (presque autant que sa musculature à 50 piges).
  • C’est difficile de ne pas avoir de la tendresse pour Taron Egerton, qui a l’air complètement investi dans son rôle (notamment sur les scènes d’action), mais aussi parfois complètement perdu quand il doit réciter des répliques d’une intense connerie (mention spéciale pour ses fronçages de sourcils).
  • Le mélange improbable de milliards d’éléments empruntés à des dizaines de styles de films rend le tout assez divertissant. Le film dure deux heures, on ne s’est pas ennuyés une seule minute. Pour comparaison, le Robin des Bois de Ridley Scott dure 2h20, et on a lâché l’affaire dès le premier quart d’heure.

Points qui devraient être faibles mais on trouve toujours une raison de ne pas le leur reprocher :

  • La seule chose qu’il manque, ce sont des Nazis. Certes, on trouve tout le reste, mais des Nazis, ça aurait été cool. Ben Mendelsohn se rapproche pas mal de Marine Le Pen ceci dit, avec ses théories sur le Grand Remplacement, mais il a déjà joué un Nazi de l’espace dans Rogue One, il peut pas tout faire.
  • Les mineurs ont tous du charbon sur la gueule. Tout le temps. Sauf ceux qui sont noirs. C’est un peu étrange, sauf que ça fait penser à autre chose.

Points faibles pour de vrai :

  • Les compositeurs pas très inspirés qui pompent la musique d’Hans Zimmer pour The Dark Knight, c’est pas ce qui manque ces dernières années dans les blockbusters. La palme du plagiat le plus paresseux revient tout de même à Joseph Trapanese pour ce Robin des bois.
  • C’est pas le seul emprunt à ce film d’ailleurs, puisqu’à la fin on nous sort carrément DOUBLE FACE, introduit comme le méchant de la suite du film. Les scénaristes sont donc particulièrement optimistes parce qu’on est franchement pas sûrs que des producteurs veuillent monter ce film, et encore moins que des spectateurs veuillent le voir.
  • On a beau s’être bien amusés, ça reste un film extrêmement débile.

 

Le Saviez-vous :

  • Taron Egerton a passé des mois à s’entraîner au tir à l’arc avec Lars Andersen, un expert danois. Il pensait vraiment qu’il allait faire un bon film, en fait.
  • Eve Hewson est la fille de Bono et Ali Hewson. On comprend mieux pourquoi c’est elle qui organise le Live Aid local.
  • Il est possible d’aimer ce film tout en ayant détesté Assassin’s Creed, alors que les deux films semblent similaires à première vue.
  • Visiblement Ben Mendelsohn n’est pas lassé de jouer absolument tous les méchants de merde dans tous les blockbusters qui sortent au cinéma, puisqu’il sera encore un méchant de merde dans Captain Marvel. On vous conseille le film australien Animal Kingdom ou la série Netflix Bloodline (enfin, juste la première saison) si vous avez envie de le voir exprimer un peu mieux son talent.
  • F. Murray Abraham vient aussi prendre son chèque pour jouer le rôle d’un méchant Cardinal. Souvenez vous qu’il a quand même eu un Oscar du meilleur acteur pour Amadeus, et admirez cette formidable déchéance.
  • Amadeus est d’ailleurs le deuxième film chroniqué dans Ciné Club Sandwich, un excellent cadeau de Noël.

 

Et dire qu’en chantant « With or Without You » avec des voix aiguës, ils pouvaient nous refaire Baahubali

 

Les conditions idéales pour regarder ce film :

Dans un manoir en ruines, ou dans la cale d’un bateau sans boire ni manger (si vous avez trois mois devant vous).

 

Ce qu’il faut en retenir :

  • Le grisou n’est pas seulement un footballeur qui sait tout faire.
  • Les appareils religieux, c’est le mal. Et le pouvoir, ça corrompt.

 

On a d’abord cru à un biopic de Che Guevara avec Nicolas Cage. Franchement, on était motivés.

 

Vous aimerez aussi :

  • Rigoler très fort dans une salle de cinéma, alors que la scène du film ne s’y prête pas au départ.
  • Coudre des symboles de vos héros personnels pour les clouer dans la rue. Un S en patchwork pour Superman, ou un pantalon taille très haute pour Chirac par exemple.
The following two tabs change content below.
Sarah et Riwan

Sarah et Riwan

Sarah et Riwan

Derniers articles parSarah et Riwan (voir tous)

3 réflexions au sujet de « Ciné Club Sandwich – Robin des Bois »

  1. J’ai compris le tuto travaux, c’est réaliser des joints taille the Rock, c’est ça? Parce que sinon je vois pas comment on peut s’amuser à voir des trucs pareils.
    Sinon votre Ciné Club Sandwich est bien, TROP bien même. Je l’ai déballé ce matin au pied du sapin, ma fille me l’a piqué et se marre toute seule dans son coin. Du coup je suis là à faire un commentaire nul pour un film débile juste pour passer le temps, le jour de Noël. Merci.

  2. Je me suis marré à lire la critique encore plus (beaucoup plus) qu’à voir le film, et je suis l’un de ces ignobles égoïstes qui pillent les infos/modes d’emploi/best of trucs/recommendations de produits/etc ici et là, sans jamais laisser de commentaire ou de « merci » ou de thank you, ce qui fait que ce commentaire, si débile soit-il, est une perle rare. Triple bravo et merci, et bonne continuation, et thank you. Ah, j’avais lu certaines autres critiques, par ci par là, et personne n’avait remarqué ou mentionné les armures anti-feu, qui m’ont marqué à vie, et seront sources de nombreuses explorations des fissures du plafond durant les nuits blanches qui s’ensuivront à me demander « mais comment????? mais pourquoi???? »; merci pour votre soutien moral à ce sujet.

    1. Merci Gaby ! On est très touchés que tu bouleverses tes habitudes pour nous dire des trucs gentils, d’autant qu’Internet, ça a plutôt tendance à être le contraire ces temps-ci.
      Sache en tous cas que tout est vrai, et qu’on est allés voir ce film en s’attendant au pire (même pour nous, et le seuil de tolérance est TRES bas), avant de passer un très bon moment… Je sais que j’ai pensé à plusieurs vannes au cours de la séance avant de complètement les oublier tellement l’accumulation d’énormités prenait de place dans le cerveau, et je soupçonne qu’à terme, il faudra le revoir pour faire la revanche de la fiche.
      On te fera signe si ça se fait !
      Sur ce, je retourne clouer des brassards de police partout en hommage à mon héros Alexandre Benalla.

Laisser un commentaire