Ciné Club Sandwich – Taxi 5

Taxi 5 x Soprano x Cut Killer x Ramzy x Waly Dia x Charlotte Gabris x Les Deguns x La femme du chef dans RRRrrrr !

(Frank Gastambide, 2018)

 

Citation :

« Les meufs qui s’intéressent à moi, soit il leur manque des orteils, soit elles ont des problèmes psychiatriques. »

Notation :

Une voiture : +
Un duo : ++
Trois courses poursuites : +++
Quatre pneus : ++++
Cinquième vitesse : +++++

Synopsis :

A Londres, le policier Nicholas Angel est le meilleur de son équipe. Tellement bon qu’il fait passer ses collègues pour de simples gardiens de la paix. Le chef de la brigade décide donc de le « promouvoir » dans le petit village de Sandford, où il ne se passe rien. Aux côtés du policier local Danny Butterman qui rêve de devenir Mel Gibson, Nicholas règle quelques contraventions sans grand intérêt. Une série de crimes étranges va le remettre dans l’action…

Oui, Taxi 5 faisant office d’Hot Fuzz marseillais, nous avons préféré citer l’original que la copie.

Quand tu vois la galère dans laquelle tu t’es mis.

Points forts :

  • Le film a le mérite de présenter tous les types de comédie : geste, verbe, situation…
  • Un film truffé de références : on se croirait presque dans un Tarantino.
  • La nostalgie coupable et malsaine que l’on ressent pour les années 90 encourage à aller au bout de cette madeleine de Proust moisie malgré son mauvais goût
  • Malik Bentalla joue toujours aussi bien les textes qui ne sont pas les siens.
  • Il y a un nain dans le casting, et ce n’est ni Mimie Mathy, ni Passe-Partout, ni Christian Clavier.
  • Franck Gastambide a réussi son challenge : payer ses impôts avec un film qui ne vaut pas un centime.

 

Points faibles :

  • Le film a le mérite de présenter tous les types de comédie : geste, verbe, situation… Mais alors rien n’est drôle.
  • Un film truffé de dialogues sans saveur : on ne se croirait absolument pas dans un Tarantino.
  • La douleur lorsque l’on met en pause le film pour aller aux toilettes et que l’on réalise qu’il reste encore plus de la moitié.
  • L’intelligence des braqueurs qui savent se faire discrets : Ferrari rouge et jaune, la garantie de l’anonymat.
  • Tout aussi surréaliste, Frank Gastambide ne trouve pas meilleure cachette que de s’allonger au-dessus d’un meuble dans une salle. Mais ça ne choque apparemment personne.
  • Est-il nécessaire de citer un réalisateur quand le film est clairement réalisé par les producteurs ?
  • Un film qui sera taxé d’homophobe, grossophobe, nanophobe ou d’un autre terme pour les millennials. Alors que « nul » est simplement le qualificatif le plus juste.

 

– Je te dis qu’on pourra pas le sortir.
– Mais si, t’inquiètes.
– Mais tu vois bien que les portes sont bloquées.
– Allez, arrête, on est filmés.

Le saviez-vous :

Contrairement à Mission Impossible, la saga ne s’améliore pas au fur et à mesure des épisodes.

 

Les conditions idéales pour regarder ce film :

Si vous êtes un fada !

Ce qu’il faut en retenir :

La cinquième vitesse se passe généralement vers 250km/h

Si vous avez aimé, vous aimerez aussi :

  • Taxi
  • Taxi 2
  • Taxi 3
  • Taxi 4
  • Taxi : Marseille Drift.
The following two tabs change content below.
Paul

Paul

Une réflexion au sujet de « Ciné Club Sandwich – Taxi 5 »

Laisser un commentaire