Ciné Club Sandwich – Glass

Glass de M. Night Shyamalan (2019)

 

First name : Mister. Last Name : Glass.

 

Notation :

Plus on est de fous plus on rit : ++++++

Tout nu sous mon imper : +++

Tout nu sous ma blouse : +++

Je ne suis pas un héros : —

 

Synopsis :

A la recherche de pom-pom girls, David Dunn (Bruce Willis) traine en ville en imper en touchant tout le monde.

Malgré un comportement d’exhib pédophile, David Dunn cherche bien à sauver les demoiselles que Kevin Wendell Crumb/Hedwig/Dennis/Patricia/La Bête (James McAvoy) a prévu grossièrement de manger.

Pendant ce temps, Elijah Price (Samuel L Jackson) bave sur sa blouse dans son fauteuil dans un superbe hôpital psychiatrique.

 

Et toi, quelle Totally Spies es-tu ? 

 

Les points forts :

  • L’art de l’emploi fictif de James McAvoy qui, très malin, touche 24 salaires.
  • Une des autres personnalités de M. Night Shyamalan fan de peinture a fait un travail remarquable sur la photo et l’esthétique du film.
  • Un film de superhéros sans costumes.
  • Un film de superhéros qui parlent plus qu’ils ne se battent.
  • Vous pouvez avoir la soixantaine, être chauve et bedonnant et être un héros.
  • Vous pouvez être gravement malade et handicapé et être un génie.
  • Vous pouvez être schizophrène et être schizophrène.

 

 

Les points faibles :

  • Sans débardeur ni mitraillette, Bruce Willis n’est pas très utile.
  • Une des autres personnalités de M. Night Shyamalan a réalisé les scènes d’actions, tant elles sont faiblardes et tranchent avec la réalisation du film.
  • Comme dans The Dark Knight, on attend les scènes avec le méchant trop cool.
  • Comme dans The Dark Knight, on n’attend pas les scènes avec le héros gentil.

 

Quand t’es fier de ton détartrage

 

Le saviez-vous :

Sans Bruce Willis, le film aurait été pareil.

Les conditions idéales pour voir le film :

Dans votre fauteuil, en imper et avec vos plus fidèles amis imaginaires.

Ce qu’il faut en retenir :

Non, nous ne sommes pas tous des superhéros.

Si vous avez aimé, vous aimerez :

  • Frapper les pom-pom girls avec une table.
  • Péter des gueules de youtubeur.
  • Vous mettre torse nu.
  • Les hôpitaux psychiatriques rénovés.

 

Glass x The Grand Budapest Hotel

The following two tabs change content below.
Paul

Paul

Paul

Derniers articles parPaul (voir tous)

2 réflexions au sujet de « Ciné Club Sandwich – Glass »

  1. La séance du film que je voulais voir étant complète, je me suis rabattu sur Glass. Quelle connerie!
    (Attention Spoilers)Après 20 premières minutes correctes, « l’action » se passe dans un hôpital psychiatrique en une successions de scènes bavardes et lénifiantes . Mac Avoy trop mis en avant devient pénible, Bruce Willis insipide n’a du charisme que planqué sous son poncho et Samuel L.Jackson en professeur Xavier catatonique fait juste pitié. Le Superméchant ne cherche pas à détruire la planète ou massacrer la moitié de l’humanité mais juste à bouffer quelques pompomgirls tel un vulgaire Hannibal Lecter et se fait buter par un flic banal sur le parking désert de l’hôpital. Le Supergentil qui passe son temps à casser la gueule à de petites frappes décérébrées crève noyé dans une flaque d’eau par un autre flic sur le même parking déprimant et l’autre Supervilain a beau être d’une intelligence supérieure il y passe, lui aussi, bêtement d’un coup de pied au plexus.
    Point fort du film:
    Les trois Superpénibles crèvent tous à la fin (mais pas la psy et c’est dommage).
    Points faibles:
    – la fin laisse craindre que Night Chiantmalan ne soit tenté de commettre malgré tout une suite si ce film venait à faire un carton.
    – pire: ces superhéros superbanals pourraient donner envie aux frères Dardenne de faire un film de Superhéros.

    1. Si vous avez aimé, vous aimerez:
      Carglass, la suite de Cars et Glass réunis où le superhéros Roger, smicard épanoui, vient réparer le parebrise fêlé de Flash McQueen sur n’importe quel parking en moins d’une heure.

Laisser un commentaire