Sport à découvrir — La boxe anglaise

 

Notation :

 

LA BAGARRE : ++
Dépassement de soi : +++
Dépassement de votre découvert : ++++
Transpiration : +++++

 

Qu’est-ce que ça raconte ?

Qui dit nouvelle année, dit nouvelles résolutions de merde. Pour certains, l’une d’entre elles sera bien sûr de « se remettre au sport », ce qui est en soi déjà un petit mensonge puisque vous ne vous y êtes jamais vraiment mis.

Parmi les sports qui rencontrent le plus de succès ces dernières années, il y a la boxe anglaise. Peut-être grâce aux bons résultats des Français aux derniers Jeux Olympiques (même si Tony Yoka a réussi à flinguer sa cote de popularité presque aussi rapidement que notre président de la République). Sans doute aussi car tout un tas de nouvelles salles luxueuses ont fait leur apparition dans les grandes villes, mettant en avant la pratique d’une « boxe loisir » destinée aux cols blancs (il suffit de voir les quartiers où poussent ces endroits et le prix des inscriptions). Forcément, la perspective d’aller se taper avec des jeunes cadres dynamiques à la pause de midi, c’est un peu moins effrayant que le vieux cliché des gymnases miteux où l’on boxe avec des kailleras, des gitans, des mecs qui sortent de taule et d’autres qui ne vont pas tarder à y entrer.

On a pourtant de bien beaux ambassadeurs de ce sport en France.

Personnellement, j’ai toujours été attiré par la boxe et son univers si particulier (bien aidé par les nombreux grands films qui ont été réalisés sur le sujet – par contre, en vrai, les combats sont généralement chiants à regarder, ne vous faites pas avoir). J’ai grandi en banlieue parisienne où c’était un sport très pratiqué et j’ai même vu certains camarades de classe atteindre un assez bon niveau. Pourtant, j’ai attendu d’avoir 30 piges pour m’y essayer. Probablement parce que c’est un bon âge pour tenter des choses complètement stupides, avant que la vie ne vous rattrape avec les gosses, les crédits, le monospace, le labrador, puis la crise cardiaque qui viendra enfin vous libérer.

Évidemment, commencer la boxe à un âge tardif quand on n’a jamais été très bon en sport, qu’on possède une condition physique de merde et qu’on n’a jamais réussi à être assidu dans une seule activité (à part peut-être le chômage), ce n’est pas très facile. Mais c’est une activité que je vous recommande malgré tout et je vais tenter de vous expliquer pourquoi.

 

Les + :

  • La violence, c’est rigolo. Ne niez pas.
  • Savoir donner un coup de poing (et savoir les éviter) peut toujours être utile, par exemple lorsque vous souhaitez discuter revalorisation salariale avec votre patron ou pendant un repas de famille.
  • Si la boxe connait donc un regain de forme depuis peu, elle souffre quand même pas mal de la comparaison avec le MMA, de plus en plus populaire, même chez nous où la pratique est plus ou moins interdite. Tant mieux : vous pourrez ainsi vous la jouer hipster et vous vanter de pratiquer « le noble art », qui est « un vrai sport de gentleman » (même si au fond de vous, vous savez bien que c’est à peine moins violent et idiot).
  • Les cours sont généralement mixtes, vous pouvez donc taper sur le sexe opposé sans que ce soit socialement mal vu.
  • Vous allez découvrir qu’en plus de la frime, avoir des abdos sert vraiment à quelque chose. Ou comme moi, vous allez regretter de ne pas en avoir.

 

La boxe peut aussi vous aider à perdre du poids. À condition d’arrêter de manger 5 fish and chips par jour comme ce bon vieux Tyson Fury.

 

  • L’ambiance est conviviale et le respect entre les pratiquants toujours présent. Ainsi il n’est pas rare de voir un boxeur tenter de faire un massage cardiaque à un adversaire qu’il vient de tuer.
  • Si vous avez des potes qui font semblant de comprendre quelque chose à la boxe parce qu’ils ont regardé Mayweather – McGregor et qu’ils ont vu tous les Rocky, vous allez rapidement pouvoir démasquer leur imposture.
  • Si vous n’avez jamais connu cette sensation qui fait que votre respiration devient impossible et que vos jambes se transforment soudainement en cotons-tiges, votre premier crochet au foie restera un moment inoubliable.
  • Avec chauffeur de UBER et kebabier, prof de boxe est probablement le seul métier en France aisément accessible aux Arabes.

 

Les – :

 

  • L’équipement coûte cher, donc si vous êtes du genre à abandonner après 3 semaines, optez plutôt pour le footing. Au moins vous pourrez toujours utiliser vos baskets pour descendre les poubelles.
  • Si vous êtes du genre à galérer pour faire un nœud de cravate, vous allez adorer enrouler des bandes de protection autour de vos mains.
  • Si comme moi vous n’avez aucune coordination, vous allez avoir l’impression d’être un enfant de 3 ans qui galère devant Adibou quand on vous demandera de répéter plusieurs fois un enchaînement de coups et d’esquives. Heureusement, on progresse relativement vite.
  • Taper sur un sac de sable (ou sur des gens) c’est très divertissant. Par contre, ce qu’on ne vous dit pas c’est que vous devrez aussi courir, faire des pompes, des abdos, des squats et plein d’autres exercices de torture pendant 20 bonnes minutes avant de pouvoir mettre les gants. Quand ce moment arrive enfin, vous avez de bonnes chances d’être déjà complètement cuit et de faire n’importe quoi.
« S’il meurt, il meurt » ton coach quand il t’ordonne de faire ton 50ème burpee d’affilée.
  • Les séances de sparring se font avec un casque, les coups portés ne sont pas trop appuyés (sauf si vous tombez contre un mec qui a eu une sale journée au boulot). Donc sauf accident vous avez peu de chance d’en sortir avec un œil au beurre noir ou un nez pété. Si votre objectif est d’affirmer votre street cred ou de vous la jouer tough guy pour draguer, essayez plutôt de monter un Fight club clandestin dans une cave.
  • Il y a assez peu de chances que votre coach vous emmène dans la chambre froide d’une boucherie pour boxer un morceau de viande à mains nues.
  • On dit toujours que la boxe est bénéfique pour plein de choses (condition physique, mental, confiance en soi, capacité à se défendre en cas d’une invasion de ninja). Alors peut-être, mais globalement on ne peut pas dire que ce sport ait beaucoup amélioré la vie d’Alexis Vastine.

 

Le saviez-vous :

  • Si possible, choisissez une petite salle de boxe plutôt que les espèces d’usines où vous vous retrouvez à 30 personnes par cours. Sinon vous n’allez pas apprendre grand chose, à part peut-être à esquiver la foule sur la ligne 13.
  • Vous n’aurez jamais autant envie d’une bière et d’un bon McDo qu’après une séance. L’être humain est parfois mal fait.
  • Aujourd’hui, Mohammed Ali est considéré comme une légende. Cela dit, s’il était né quelques années plus tard et qu’il avait eu Twitter, il aurait probablement été aussi lourd que Kanye West.
C’est quand même plus chiant de tweeter quand on a Parkinson.

 

Quelqu’un a parlé de boxe et de mec relou sur Twitter ?

Les conditions idéales pour faire de la boxe :

Avec un cœur et un menton en bon état.

 

Si vous avez aimé, vous aimerez aussi :

  • Souffrir.
  • Faire un câlin à un inconnu ou une inconnue en sueur après une bonne séance de sparring, sans trop douter de sa sexualité.
  • Se dire « espèce d’abruti, pourquoi tu t’infliges un truc pareil ?» pendant 1h puis « ça fait du bien quand même » pendant le reste de la journée.
  • Donner de l’argent à un boxeur qui défonce des CRS. Ou si ça ne vous dit pas trop, vous pouvez toujours donner pour notre cagnotte à nous.
Et si vous devenez bon en boxe, vous n’aurez plus jamais de problèmes pour attacher votre pantalon.

 

 

The following two tabs change content below.
Riwan

Riwan

J'avais pas mis mon masque, personne m'a reconnu.
Riwan

Derniers articles parRiwan (voir tous)

Une réflexion au sujet de « Sport à découvrir — La boxe anglaise »

Laisser un commentaire