Duel : Enfants vs Chiens

Vous êtes en couple, votre vie est morne.
Ceci n’est pas une question, mais une affirmation.

Arrivera alors ce jour où, pour relancer l’étincelle, vous aurez la bonne idée d’avoir un enfant. Cette solution ne fonctionne pas, mais elle existe. Surtout en province où les clubs échangistes, SM ou BDSM sont à quelques kilomètres de votre bourgade.

Il y a déjà beaucoup d’enfants sur Terre et beaucoup de chiens sans maîtres. Alors avant de prendre cette décision catastrophique, comparons quelques points afin d’essayer de transformer votre mauvaise décision en décision pas terrible mais quand même un peu mieux.

 

Un bon toutou inquiet avant l’annonce du résultat.

 

Le prix :

Un enfant coûte en moyenne 6 000€ à l’année.
Une adoption coute en moyenne 15 000€.
Un chien peut être gratuit.
Vainqueur : le chien.

Les noms :

Si vous choisissez le chien car vous pouvez faire briller vos talents créatifs en l’appelant Chaussette, Ducon, Roger ou par le nom de votre acteur/actrice porno préféré(e).
Vous ne pouvez pas nommer votre enfant par un de ces appellations sans être copieusement jugé par vos proches, vos voisins et potentiellement un employé de la préfecture. Surtout si vous l’appelez Roger d’ailleurs. Du coup, ça sera Théo ou Léa, et rien qu’à cette idée, vous l’aimez déjà un peu moins.
Vainqueur : le chien.

La propreté :

Un enfant sera propre vers ses 2 ans. Et par propre nous entendons simplement un arrêt de défécation sur sa propre personne.
Un chien sera propre vers ses 6 mois.
Vainqueur : le chien.

 

Un bon toutou heureux malgré une collision imminente.

La nourriture :

Un enfant a besoin de repas préparés et diversifiés.
Un chien peut manger des croquettes, une carcasse d’oiseau ou le plastique de ses jouets.
Vainqueur : le chien.

 

Le jeu :

Un enfant joue avec des jouets à l’empreinte carbone digne des plus grandes entreprises. Et il se lassera.
Pour un chien, jetez un bâton. (Marche aussi si vous avez un enfant des années 30.)
Vainqueur : le chien.

 

La violence ordinaire:

Un chien pourra exceptionnellement vous donner un coup de queue lors d’une manifestation violente d’enthousiasme.
Un enfant vous mordra les doigts, vous donnera des coups de boule sous prétexte de faire un câlin, vous tordra le nez et tout ça sans qu’il soit socialement accepté de répliquer.
Vainqueur : le chien.

 

L’élocution :

Un chien ne parle pas.
Certes votre enfant saura parler vers ses 12 mois, mais avez-vous vraiment envie d’écouter ses histoires ?
Vainqueur : le chien.

 

Un bon toutou fan d’ET.

 

Résultats scolaires :

Vous mettrez beaucoup d’espoirs dans les capacités et résultats de votre enfant. 9 chances sur 10 pour qu’il vous déçoive.
Un chien ne ramènera que des 0. Pas de surprise. Pas d’espoirs.
Vainqueur : le chien.

 

La mobilité :

Un chien se déplace seul à partir de quelque semaines.
Un enfant ne marche véritablement à un bon rythme qu’au bout de plusieurs années. Entre temps prévoyez de le porter ou de le trimbaler dans des poussettes aussi lourdes que peu maniables. A 15 ans l’enfant vous réclamera un scooter.
Vainqueur : le chien

 

La sortie en laisse :

Un chien acceptera les sorties en laisse sans trop de problèmes vers ses 3-4 mois.
Un enfant marchera en laisse vers ses 15 mois. Cependant, vous risquez la prison.
Vainqueur : le chien.

 

Les relations sociales :

Un chien grognera quand des étrangers s’approcheront trop près de vous.
Un enfant attirera les importuns qui viendront s’esbaudir en vous faisant remarquer à que point il est mignon.
Vainqueur : le chien.

 

Un bon toutou passionné par la lecture de cet article.

 

Les vacances :

Vous avez décidé de prendre des vacances bien méritées après plusieurs mois de dur labeur. Votre nouvel amour rencontré le mois dernier est cependant plutôt peu partageur depuis son précédent divorce. Il ne vous reste plus qu’une seule solution, sur l’autoroute, vous arrêter à la première aire de repos un peu recluse. Vous décidez d’attacher votre enfant ou votre chien à un arbre en espérant quand même un peu au fond de vous que quelqu’un lui viendra en aide avant qu’il ne soit complètement desséché. Votre enfant ne sachant pas encore parler, vous n’avez malgré tout qu’une toute petite chance d’échapper à la police. Avec un chien, ça passe crème et vous pourrez facilement en prendre un nouveau l’an prochain si l’envie vous en prend.
Vainqueur : le chien

 

La mort :

Un chien vous aimera jusqu’à sa mort et fera tout pour vous sauver en cas de danger.
Un enfant vous placera dans un EHPAD ou vous subirez des sévices psychologiques, corporels et sexuels.
Vainqueur : le chien.

 

Résultat final :

Sans surprise, le meilleur ami de l’homme l’emporte largement sur la personne possédant la moitié de votre patrimoine génétique  (l’autre moitié sera utilisée pour vous détester pendant son adolescence.)

The following two tabs change content below.
Paul

Paul

Mister Belgium.
Paul

Derniers articles parPaul (voir tous)

Une réflexion au sujet de « Duel : Enfants vs Chiens »

  1. Si c’est une béquille que vous cherchez pour supporter votre propre vie, un enfant ça ne marchera pas. Un chien, pourquoi pas, il parait que quant on est très vieux ou malade, un pied dans la tombe, l’autre sur une peau de banane, ça aide. Alors plutôt que de gâcher la vie d’un gosse prenez plutôt un chien. Après le chenil de la SPA il devrait s’adapter sans problème à votre morne vie.

Laisser un commentaire