Ciné Club Sandwich – Le Crabe Tambour

Notation :

 

Jonque +++
Chat +++
Vagues ++++
Parole donnée ++++
Oui, bon, ça va, je risque ma tête là —–
Cancer —


De quoi ça parle :

 

Un officier de la marine française (Jean Rochefort) réclame et obtient un commandement à la mer pour une mission dont l’héroïsme ne saute pas immédiatement aux yeux : porter assistance aux navires qui pêchent sur les bancs de Terre-Neuve. Gravement malade, il a entrepris cette mission qu’il sait la dernière pour revoir une dernière fois un homme à qui il avait donné sa parole sans pouvoir la tenir. Accompagné par Pierre (Claude Rich), médecin major du bord, ils se remémorent la vie et les souvenirs liés à cet ami commun, surnommé le Crabe-tambour (Jacques Perrin). Ce dernier, à la personnalité bien marquée, est passé par toutes les affres de l’armée française d’après-guerre, des conflits de décolonisations au putsch d’Alger.

Le héros de ce film se promène permanence avec son chat pour avoir l’air cool et charismatique. Le gars avait tout compris à Instagram avant l’heure.


Les points forts :

 

  • Quitte à regarder des films beaux, chiants, avec un message profond que vous faites semblant de comprendre, autant en regarder un sans nazis et qui ne dure pas trois heures (Si ça vous intéresse quand même).
  • Les anecdotes du « Chef » (Jacques Dufilho) sur les mythes et légendes en pays bigouden. J’ai clairement toujours pas compris ce qu’elles foutaient dans le récit, mais c’est divertissant.
  • Les uniformes, les ordres, l’ambiance générale sur le navire sont considérés comme réalistes. Personnellement je m’en fous, mais si vous faites une thèse sur la Marine Française entre 1970 et 1978 ça peut vous servir.
  • Voir la proue d’un navire casser de la banquise, ça détend vachement, c’est surprenant.
  • Si pour vous, Jean Rochefort était juste le vieux moustachu marrant qui parlait comme une racaille dans des vidéos sur Youtube ou qui commentait le cheval aux JO, vous pouvez découvrir ici qu’il fut aussi un très bon acteur, césarisé pour ce rôle.
  • Idem pour Claude Rich, qui n’était pas que Panoramix, même si dans le film il joue aussi le rôle d’un mec sympa et avenant qui refile de la potion magique.
  • Le film a été réalisé sur un vrai navire, l’escorteur d’escadre Jauréguiberry, lors de sa dernière mission avant son démantèlement. Un point de plus pour le réalisme du film, acteur et techniciens ayant embarqué plusieurs semaines à bord pour le tournage. On vante les acteurs américains qui prennent 5 kilos pour un film, mais l’acteur français, lui s’embarque sur un vieux rafiot craquant de partout pour une patrouille de plusieurs semaines en plein hiver dans l’Atlantique Nord. C’est ça la France. Et pas n’importe laquelle. Celle de Valéry Giscard D’Estaing. (Désolé, on est en 1977, j’y peux rien si c’est pas épique)
Thug life


Les points faibles :

  • Les passages où la proue du Jauréguiberry s’enfonce dans la mer déchaînée pour soulever des paquets d’écume ainsi que ceux où Jean Rochefort fixe l’horizon de l’Atlantique Nord, l’œil pensif, représentent environ un tiers du film. Ça peut vous paraître long si vous n’êtes pas fasciné par la mer, breton, dépressif à tendance contemplative ou les trois.
  • Si le titre du film vous faisait attendre une comédie musicale avec les personnages de Bob l’Eponge, vous allez être déçus.
  • Les personnages n’ont pas de vrai nom, mais plutôt des surnoms comme « Le Vieux », « Le Chef », tout est dans le non-dit et les sous-entendus. Outre que cela peut rendre la compréhension un peu difficile, c’est hyper chiant pour faire une fiche.
  • Le récit est parfois elliptique et cela devrait vous donner envie de lire le livre complet ou une biographie du Crabe-tambour. (ou lire sa fiche Wikipédia si comme nous vous avez la flemme).
  • On aurait aimé un spinoff entier sur les histoires du Chef, notamment celles du la tribu de Dana et Hakim le fils du forgeron.

 

Quand on t’offre un livre qui ne te plaît pas trop et que tu aurais préféré Ciné Club Sandwich à la place.

 

Le saviez-vous :

— Le film a servi d’idéal et parfois de raison d’engagement à strictement tous les officiers de Marine nationale aujourd’hui en service. L’actuel Chef d’Etat Major de la Marine le cite par exemple volontiers. Alors qu’il ne présente aucune scène héroïque, mais plutôt des passages contemplatifs sur le sens de la vie, de l’amitié et du rôle de la nostalgie. Ça va être sympa notre prochain affrontement avec la Royal Navy, avec ces escadres de 1ère L.

— Le personnage du Crabe-tambour s’inspire de la vie de Pierre Guillaume, personnage plus que complexe, officier en Indochine, ayant sauvé un millier de réfugiés vietnamiens contre l’avis de sa hiérarchie après la fin de la guerre, militaire courageux en Algérie, mais aussi membre de l’OAS, putschiste en 1961, participant aux opérations de mercenaires de Bob Denard en Afrique, ou animateur de Radio Courtoisie et copain avec Jean-Marie Le Pen. Bref un mec capable de déclencher une shitstorm twitter pire que Zemmour et la ligue du LOL réunis.

— Si le film avait été fait en 2020, Jean Rochefort aurait envoyé un SMS (« Déso. Je vé mourir. Bizz ») au Crabe-tambour et le film aurait duré 10 minutes.


Les conditions idéales pour voir ce film :

  • Avec vos amis tendance « Cahiers du Cinéma » qui évoqueront le fabuleux message sur la vie, sa brièveté, les principes d’honneur ainsi que la faillibilité de l’homme, tout en s’esbaudissant sur le jeu de Jean Rochefort, capable de faire passer des messages si puissants en peu de mots. Changez d’amis.
  • Avec vos amis tendance « Bloc Identitaire » qui évoqueront la fabuleuse époque où « La France avait encore un Empire, sa grandeur, pas la trouille de buter des Viets et aussi des militaires qui avaient les couilles de leurs convictions politiques ». Barrez-vous avant qu’ils vous parlent de leur projet de putsch visant à mettre le général De Villiers au pouvoir. Changez d’amis.
  • Regardez le film seul. Contemplez les images de l’Atlantique Nord d’un œil morne. Songez à vos amis que vous venez de renier. Identifiez-vous au personnage du Commandant. Faites un petit bilan oncologique, on ne sait jamais.

 

Quand on te projette l’intégrale de la sélection « Un autre regard »


Ce qu’il faut en retenir :


— Le film date de 1977 et il a fallu attendre 2019 et Le Chant du Loup pour une nouveau film français sur la Marine. Vivement 2061 !

 

— Le film fait allusion à la 317ème Section, autre film de Schoendoerffer et qui raconte lui l’histoire du frère du Crabe-tambour.  Comme quoi bien avant Marvel, en France on avait inventé les univers étendus.

« Commissaire Maigret : the origins », un excellent prequel à la célèbre série diffusée sur France.


Si vous avez aimé ce film, vous aimerez aussi :

 

  • Faire Saïgon-St-Malo en jonque.
  • Jouer de la trompe de chasse dans le Delta du Mékong.
  • Vous trimballer aux quatre coins du monde avec votre chat dans les bras.
  • Pêcher la morue au large de Terre Neuve.
  • Draguer des femmes de barmen à Saint-Pierre et Miquelon.
  • Les bouquins de Joseph Conrad.
The following two tabs change content below.

Pyody

Fan absolu de la Boucherie Ovalie, mais qui ne suit plus le rugby. Du coup je viens écrire ici pour faire mon intéressant auprès d'Ovale Masqué

Derniers articles parPyody (voir tous)

2 réflexions au sujet de « Ciné Club Sandwich – Le Crabe Tambour »

  1. J’ai un souvenir vivace de la 317ème section et le souvenir vivace de m’être fait chié devant le crabe tambour (mais bon Lord Jim ne m’a pas emballé non plus alors ceci explique peut-être cela ou pas).
    Sinon dans le genre « film de vieux baroudeurs qui se remémorent leurs batailles et partagent leurs états d’âmes » il y a l’excellent « Jardins de pierre » de Coppola avec James Caan, James Earl Jones et Anjelica Houston.

Laisser un commentaire