Ciné Club Sandwich — Skyscraper

Par Sarah et Riwan,

Skyscraper de Rawson Marshall Thurber (2018)

 

Citation

«  C’est complètement débile. »

 

Notation :

Meurs dur : avec une prothèse : ++++
Skip leg day : ++
Méchants à accent: ++++
Si si la famille : ++
Lois de Newton : ——
Seloger.hk : ++++++++

 

— C’est le scénario du film ?

— Oui.

— Mais il y a qu’une page.

— Oui. 

Le synopsis :

Dans un scénario foutrement original, Will Sawyer (Dwayne “The Rock” Johnson) est un ancien militaire / membre du SWAT / agent du FBI / négociateur / on ne sait pas vraiment mais, en tout cas, l’une rares personnes habilité à se promener avec un fusil d’assaut aux USA. Après une mission qui a mal tourné, il se retrouve unijambiste, mais heureusement cela ne l’empêche absolument pas d’aller pousser à la salle.

Devenu père d’une famille parfaite comme on en voit dans les pubs Nutella, Will gagne désormais sa croûte comme consultant en sécurité [insérer une blague originale en rapport à l’actualité et au président Macron]. Lorsque le film débute, il enfile un beau costard taille XXXXL pour que tous ses muscles rentrent dedans et va passer un entretien d’embauche pour le job de sa vie à Hong Kong, dans une tour gigantesque et ultra-technologique bâtie par un milliardaire chinois excentrique aux fréquentations un peu louches.

Rapidement, la tour se fait attaquer par des terroristes très méchants exactement comme dans Die Hard et c’est pas de bol, car la famille de Will se trouve à l’intérieur. S’ensuit un enchaînement de scènes d’action où notre McGyver bodybuildé utilisera parfois des méthodes digne de Mission Impossible (les phases où les gadgets marchent pas) mais sans courir aussi bien que Tom Cruise. Parce qu’il n’a qu’une jambe.

Oh, y’a aussi une histoire de mafia, d’otages et de piratage, mais soyons honnêtes, c’est juste un prétexte.

 

Points forts :

On sait qu’on a déjà fait toute une liste des trucs dont est capable The Rock pour Rampage, MAIS QU’IMPORTE :

  • The Rock qui court en boitant.
  • The Rock qui saute d’une grue.
  • The Rock qui maintient une passerelle à la force de ses bras.
  • The Rock qui prend des airs dramatiques.
  • The Rock qui est le meilleur père de famille du monde.
  • The Rock qui porte des costards qui coûtent le salaire annuel d’un chinois moyen.
  • The Rock.
  • Le rouleau de chatterton (duct-tape en VO pour les connoisseurs) est indéniablement le 2e meilleur acteur du film. De quoi ravir les fans de McGyver qui n’y verront que justice.
  • La tour du futur n’est ni à New York, ni à Dubai, mais à Hong Kong. Et franchement, cette tour envoie du steak, on y prendrait bien un HLM.
  • Ce film vous permet de jouer au jeu du « Oh ! Mais où j’ai déjà vu a sa gueule » avec la présence au casting de Chin Han (le banquier chinois véreux dans The Dark Knight), Byron Mann (Ryu dans Street Fighter, oui, le chef d’oeuvre avec Jean-Claude Van Damme), Pablo Schreiber (Nick Sobotka dans The Wire, si rappelez-vous pendant la saison 2, celle où vous vous êtes endormis), Noah Taylor (le mec qui coupe la main de Jamie Lannister dans Game of Thrones) ou encore Neve Campbell (la meuf qui crie dans Scream). Ça passe le temps entre deux exploits surhumains de The Rock.

 

Points faibles :

  • C’est le deuxième film qui sort avec The Rock en 2018, et étrangement, on a l’impression que c’est le 6ème.
  • Environ chaque phrase prononcée dans les 10 premières minutes annonce un évènement qui se produira plus tard. On appelle ça des scènes d’exposition, mais à ce niveau, le Grand Palais, c’est ton cours d’art plastique de CM1 à côté.
  • Le méchant terroriste n’est ni allemand, ni russe, ni arabe, mais danois, ce qui apporte non seulement une touche de nouveauté, mais aussi de perplexité ; comme il n’est pas joué par Mads Mikkelsen, on galère un peu à comprendre son origine. Rassurez-vous par contre, le personnage n’a aucun intérêt et on n’a jamais vraiment compris pourquoi il voulait faire péter cette tour.
  • Les fans hardus de Die Hard regretteront probablement que Dwayne Johnson ne se retrouve pas pied nu. Oui, au singulier.
  • Si vous avez vu Mission Impossible : Fallout avant, forcément, ça tient pas trop la comparaison.

 

Une cascade vraiment impressionnante !

 

Le Saviez-vous :

  • Neve Campbell existe encore. Et elle est crédible dans un rôle de mère de famille.
  • Ce film, c’est à peu près La Tour Montparnasse Infernale, mais si Peter Mac Calloway avait eu le premier rôle à la place d’Éric et Ramzy.
  • Ce film donne vachement envie de revoir The Rock sur un ring de catch, par exemple dans un combat contre John Cena, qu’il réussirait à battre en le frappant avec sa prothèse pendant que l’arbitre tourne le dos.
Les enfants de WIll sont beaucoup trop beaux pour être humains. Du coup, on peut complètement imaginer que ce sont les vrais enfants de The Rock.

 

LA condition idéale pour regarder ce film :

S’appeler Sarah. Vu que c’est le nom de la femme de Will Sawyer, quand il crie son nom, on a l’impression d’en être destinataire. Ca met sacrément de bonne humeur.

 

Ce qu’il faut en retenir :

Le truc le plus solide du film n’est pas la tour du futur mais la prothèse de Will Sawyer. À égalité avec Will Sawyer lui-même.

 

Vous aimerez aussi :

  • Les pandas
  • Le vertige
  • La ventoline
  • The Raid
  • The Rock
The following two tabs change content below.

Sarah

Bon public et mauvaise foi

Derniers articles parSarah (voir tous)

Une réflexion au sujet de « Ciné Club Sandwich — Skyscraper »

  1. Macron devrait aller le voir, ça lui donnera des idées pour remplacer Benalla: un conseiller sécurité unijambiste habilité à être armé plutôt qu’un bras cassé qui se vantait devant les journaliste d’être armé sans habilitation, pourquoi pas?
    Un costard de The Rock coûte un salaire annuel d’un chinois moyen, certes, mais il y a assez de tissu pour habiller 2 ou 3 familles.

Laisser un commentaire