The Greatest Showman

The Greatest Showman, de Michael Gracey (2018)

Notation :

  • La femme à barbe :
  • L’homme-chien :
  • La recette de la journée : $$$

Synopsis :

Approchez, approchez braves gens ! Et venez écouter l’histoire de P.T Barnum, l’homme qui connut une ascension sociale fulgurante en exhibant des personnes en situation de handicap !

L’histoire du film est avant tout celle du rêve américain. Dans la seconde moitié du XIXème siècle, Phinéas Barnum (Hugh Jackman), fils de tailleur, épouse la fille d’un des riches clients de son père (Michelle Williams) et fait fortune en montant un Freak show. En partant de rien et en faisant passer de la merde pour du chocolat, cet homme beau et blanc s’assure, grâce à son spectacle, puissance, richesse et gloire.

Mais s’il gagne très vite beaucoup d’argent et peut ainsi offrir à sa famille une vie confortable, P.T. Barnum n’en est pas satisfait pour autant. Des voix s’élèvent contre le caractère immoral de son spectacle et la bonne société new-yorkaise persiste à lui fermer ses portes, considérant son activité comme étant très vulgaire. Parce qu’il semblerait que, même aux Etats-Unis, il y ait des rageux aigris qui jalousent les fortunes faites trop vite et trop facilement. C’est pourtant tellement français !

Soucieux de s’élever socialement, P.T. Barnum fait donc venir de Suède une chanteuse d’opéra (Rebecca Ferguson) afin de se construire une image d’amoureux des Arts. Ce faisant, il tourne évidemment le dos à sa famille et à sa première troupe, celle qui a fait sa fortune. Et bien entendu, il s’effondre bientôt comme une merde avant de se rendre compte que faire partie de l’élite sociale américaine importe peu, ce qui compte vraiment c’est d’avoir de l’argent et de pouvoir se rendre au théâtre à dos d’éléphant.

 

Quand tu as enfin trouvé un médicament efficace pour apaiser les brûlures d’estomac.

 

Les points positifs :

  • Les chorégraphies sont belles et bien filmées. C’est toutefois toujours gênant de voir Hugh Jackman chanter et danser quand on a encore X-Men en tête. Parce que ça n’a tout simplement aucun sens. Comme si on voyait Michel Sardou sourire ou Laurent Wauquiez distribuer des repas aux restos du cœur.
  • Il aurait été tellement facile et attendu de faire passer P.T. Barnum pour un homme cupide ne reculant devant aucune activité immorale pour s’enrichir ! Le film prend l’exact contre-pied de ce parti pris peu original : il dépeint un homme animé par l’altruisme et porté par une mission sociale visant à faire accepter les personnes handicapées. Un scénario audacieux qui nous montre une nouvelle fois qu’Hollywood n’a pas fini de nous surprendre.

Les points négatifs :

  • Le manque de Baz Luhrman. Tout au long du film, et en particulier en écoutant les chansons mièvres, devant les décors et les costumes trop sobres, face au jeu des acteurs trop sage, en respirant à plein nez le 1er degré de la réalisation, nous sommes tentés de nous demander : « Où est Baz Luhrman ? Pourquoi lui a-t-on volé la réalisation de ce film ? ».
  • La bande originale qui, pourtant, est signée par le duo oscarisé pour la musique de La La Land (Justin Paul et Benj Pasek).

Les conditions idéales pour regarder ce film :

Sur un strapontin qui fait mal au cul avec un sceau de pop-corn. Exactement comme je l’ai regardé.

Le saviez-vous ?

 The Greatest Showman n’est pas un Marvel.

Ce qu’il faut en retenir

La fin justifie les moyens.

Si vous avez aimé ce film, vous aimerez aussi :

Freaks de Tod Browning (1932).

Que montrer dans un « freak show » en 2018 :

  • L’homme qui vit sans téléphone portable.
  • La femme qui a voté pour Benoit Hamon au premier tour des élections présidentielles.
  • L’enfant qui n’aime pas regarder trop longtemps les écrans parce que c’est très mauvais pour le développement de son cerveau.
  • L’homme qui se remet en plein phare bien après avoir croisé la voiture qui arrivait en face de lui.
  • Jean-Marc Morandini.
  • Le lecteur de l’Arrière Cuisine.
  • Le mec qui n’aime pas Martin Fourcade.
The following two tabs change content below.

Annaco

Assez parlé de vous.

Derniers articles parAnnaco (voir tous)

Laisser un commentaire