Ciné Club Sandwich – Captain Marvel

Captain Marvel de Ryan Fleck et Anna Boden (2019)

Citation

 

“Vous, vous n’êtes pas du coin
– C’est difficile à expliquer”

Notation :

 

Relever le menton en prenant un air fier : ++++++
Chachat tout mignon : +++++
Chachat moins mignon : +
Grunge : ++++
#RefugeesWelcome : Ca dépend où

 

Le synopsis :

Sangoku Vers (Brie Larson), alien Kree déterminée, un peu naïve et plutôt amnésique de la planète Vegeta Hala, aime s’entraîner avec son pote Krilin Yon-Rogg (Jude Law) quand elle ne peut pas dormir. Arrivée sur Terre un peu par hasard et beaucoup par accident, elle va profiter de son escale de 48h pour sauver le monde et comprendre d’où elle vient. Car malgré un très fort attrait pour les combats, les défis et les arts martiaux, elle ne partage pas le mépris pour les faibles, la cruauté, et le caractère impitoyable des Saiyans Kree, qui l’ont en fait recueillie 6 ans plus tôt. Dans sa quête à la recherche des boules de cristal des Skrulls (des aliens métamorphes) elle découvre sa première vie sous le nom de Carol Danvers, pilote de chasse niveau Top Gun, sympathique, dénuée de toute forme de vice, emplie d’empathie et révolté par toute forme d’injustice et de cruauté gratuite. Pour résultat de son voyage initiatique, elle apprend à utiliser ses pouvoirs jusqu’à se transformer en Super Saiyan.
(Note : 70% de ce paragraphe vient de la page Wikipedia de Dragon Ball. Ne nous attaquez pas pour plagiat, s’il vous plaît, techniquement, c’est pas nous qui avons commencé)

 

KAMEHAMEHAAAAAAAAA !

 

Sinon, au cours de ses pérégrinations, elle tombe aussi sur un certain Fury (Samuel L Jackson), avec des cheveux, deux yeux et un sacré coup de botox numérique, mais aussi un chachat roux, les fameux Skrulls (il fallait bien que ça arrive), sa meilleure pote, un métro aérien, le sol, l’eau, le sable, un labo spatial… Elle tombe beaucoup en fait. Mais comme le montre la bande annonce, elle se relève beaucoup aussi, et c’est ça le plus important.

 

 

Points forts :

 

  • La musique. Plus rock que dans Bumblebee mais avec le même pouvoir de voyage dans le temps. Pardon à mes voisins de salle, mais je ne résiste pas à Garbage ou Hole.
  • S’il a été (sur)vendu comme le “premier Marvel basé sur un personnage féminin” et que les hommes y font davantage figure de sidekick, le film attire peu l’attention sur cette dimension. On le regarde sans trop y penser et on a clairement moyen de s’identifier à tous les personnages. Même si on n’est pas extra-terrestre.
  • Les effets spéciaux ne sont pas trop mauvais pour un Marvel. On peut imaginer que le studio a fait des économies sur les costumes en se contentant d’acheter un jean chez Emmaüs et un ticheurte Nine Inch Nails sur Ebay.
  • Le côté capsule temporelle du film permet de jouer à “Qu’est-ce qui existe encore ? Qu’est-ce qui a disparu ?”. Par exemple :
  1. PJ Harvey ? Vivante !
  2. Les magasin Blockbuster ? Les CD-ROM ? Quasi disparus !
  3. Les Guns & Roses ? Toujours là !
  4. Prince ? BOUHOUHOUHOU
  5. Valéry Giscard d’Estaing ? (C’était un piège)
  • Ces temps-ci, vu les rôles (et les fiches de paie) de Ben Mendelsohn, on peut supposer qu’il paye plein d’impôts et bénéficie au bien commun. Merci à lui.

 

Un chat de l’espace, ça reste un chat. Ça ronronne, ça ronronne et puis d’un coup, ça vous arrache un doigt. Ou un œil. Et après, ça réclame des croquettes.

 

 

Points faibles :

C’était bien la peine de mettre une chanson de Hole dans la BO, pour censurer “sluts” dans les paroles de Celebrity Skin.

On voit bien qu’ils essaient des choses, notamment dans les rebondissements, mais ça reste un Marvel, avec des automatismes, et des effets spéciaux un peu trop visibles. Pis quitte à montrer un chat dans une position inconfortable, autant le faire avec un vrai en risquant un procès de la PETA.

Vers/Carol est simplement trop puissante. A aucun moment elle n’est vraiment mise en difficulté, ce qui n’aide pas à s’inquiéter pour elle. En outre, tous les autres personnages la mettent en garde à cause de ses émotions mais comme elle ne montre ni doute, ni peur, on ne voit franchement pas le risque.
Ceci dit, c’est peut-être ça, plus qu’une tension érotique entre deux pilotes de chasse, le véritable hommage à Tom Cruise.

 

Malgré le ticheurte porté par Brie Larson, on n’entend pas « Closer » pendant le film. Ceci dit, s’ils censurent déjà Hole, c’est probablement pour le mieux.

 

Le Saviez-vous :

On sait qu’on regarde un film de science-fiction quand les passagers du métro viennent en aide à une vieille dame qui prend des coups sur le museau.

 

Les conditions idéales pour regarder ce film :

 

  • Avec un chat roux qui ronronne sur les genoux.
  • Dans un cockpit d’avion avec votre meilleur(e) pote qui vous sourit.

 

 

Ce qu’il faut en retenir :

Si votre gosse vous supplie de la laisser pour partir dans l’espace en mission suicide, vous êtes un parent à la fois génial et abominable. Félicitations.

Vous aimerez aussi :

 

Top Gun (mais après tout, QUI n’aime PAS Top Gun ?)
Buffy contre les Vampires
Les chats
Chanter les Guns & Roses au karaoké local
Dragon Ball

The following two tabs change content below.

Sarah

Bon public et mauvaise foi

4 réflexions au sujet de « Ciné Club Sandwich – Captain Marvel »

  1. Quand tu arrives à incarner une SuperHéroïne alors que t’as comme prénom un fromage à pâte molle, tu n’éprouves plus de doute ni de peur.

  2. Je suis allé le voir cet après midi et j’ai tremblé, ressenti un paquet d’émotions car c’est ma fille de 15 ans et demi en conduite accompagnée depuis peu qui nous y a conduit. Du coup quand t’as failli mourir dix fois le film te semble peu planplan. J’ai eu quelques frissons vers la fin quand je me suis dit qu’il allait falloir revenir bientôt à la maison.
    Un film regardable mais pas transcendant. Dommage car le personnage et son histoire étaient intéressants.

  3. Bon ben, finalement, le Captain Marvel à voir n’est pas celui-là mais Shazam. Comme film de superhéros ce n’est pas plus transcendant mais c’est un très bon Teen Movie.

Laisser un commentaire