Ciné Club Sandwich – Peninsula

PENINSULA, réalisé par Yeon Sang-ho (2020)

 

Notation :

Zombies excités : +++++
Zombies excités (si on est fan de Romero) : ———–
Ma famille d’abord : +++
Goût en whisky : —–
Mange ma fumée d’échappement, Sébastien Loeb : +++++

 

De quoi ça parle :

Nous sommes quatre ans après les événements de Last Train to Busan, à savoir la chute et la mise en quarantaine de la Corée du Sud pour cause d’apocalypse zombie. Quatre ans que Jeong-seong végète comme réfugié à Hong-Kong, le temps de faire un glow-up de capitaine propret de l’armée coréenne à personnage de jeu vidéo. Pour protéger ce qu’il lui reste de famille et parce qu’on ne va pas se mentir, il n’a pas grand’ chose d’autre à faire, cet homme brisé au lourd passé ™ va retourner en enfer pour chercher un camion transportant 20 millions de dollars. Mais – éclair de génie scénaristique – il va vite se rendre compte que les morts sont peut-être moins dangereux que les vivants.

 

4 ans de riz cantonais, ça use, ça use…

 

 

Les points forts :

  • C’est un film d’action. En ces temps de déprogrammation de blockbusters, c’est un point fort.
  • C’est un film d’action que l’on peut comprendre sans avoir de doctorat en physique quantique.
  • Il y a des enfants dedans que tu n’as pas (trop) envie de claquer.
  • Tu peux organiser un concours de références/clin d’œil aux filmographies de John Carpenter, George Miller et plein d’autres avec tes amis, si tu en as.
  • Les maichants sont assez réussis.

 

On sent que les Lopez de Pyongyang n’ont pas à manger tous les jours.

 

Les points faibles :

  • Il y a pratiquement autant de larmes que de sang, ce qui dans un film d’horreur/action fait un peu tache.
  • Les personnages sont pour la plupart assez caricaturaux, donc on se fiche un peu de ce qui peut leur arriver.
  • Ça peut paraître absolument débile en parlant d’un film de zombies mais ça manque cruellement de réalisme par rapport au premier opus.

 

Le saviez-vous ?

Les nuits en Corée sont tellement claires qu’on peut rouler à 120 tous phares éteints en marche arrière dans des rues jonchées de carcasses de voitures.

 

 

Quand votre ado emprunte la voiture un samedi soir.

 

Les conditions idéales pour voir ce film :

Bien à l’abri, dans un boui-boui hong-kongais. Pas forcément idéal, mais on vous donne une astuce pour partir sans payer.

 

Si vous avez aimé ce film vous aimerez :

  •  Les films de zombies speed à la 28 jours plus tard ou World War Z.
  • Fast and Furious : Tokyo Drift ou tout autre film ou des asiatiques font des dérapages au frein à main.
  • Les voitures télécommandées.
  • La COVID. Finalement, ça pourrait être pire.
  • La famille. Celle qu’on a ou celle qu’on se crée. Donc le reste de la franchise Fast and Furious aussi.

 

Ce qu’il faut en retenir :

Quand on voit que la Corée est citée en exemple dans sa gestion de la Covid et qu’elle succombe en 24 heures à l’invasion zombie, on se dit qu’en France, nous n’aurions même pas le temps de dire « Mazette ! Ce serait-y pas une apocal… » avant que le pays ne s’effondre.

 

« M. le Président, attention derrière vous ! ZOMBIE ANGELA MERKEL ! “

The following two tabs change content below.
Avatar

Ketchup Mayol

Avatar

Derniers articles parKetchup Mayol (voir tous)

Une réflexion au sujet de « Ciné Club Sandwich – Peninsula »

  1. Je suis tombé (c’est le mot) hier sur une niaiserie de ce genre : Doomsday.
    Dans la série marche arrière, il y a notamment le moment ou l’héroïne, poursuivie par une meute de véhicule pompés sur Mad Max, décide de leur foncer dessus en marche arrière. Du coup ils s’écartent et elle se barre…

    C’est parfaitement crétin, et en lisant cette critique, je me demande si en fait tous les films de zombie ne sont pas, par principe, complètement cons.

Laisser un commentaire