[Bonus Séries Illimitées] The White Lotus

2021 – ?

De Mike White.

Deux saisons, 12 épisodes de 60 minutes (sur OCS)

« Il faut traiter ces gens comme des enfants sensibles »

Notation : 

Very Bad Trip Advisor : + + +

On ne choisit pas sa famille : + + + +

Room service : – – – – 

De quoi ça parle : 

La série suit une galerie de personnages qui viennent passer une semaine au White Lotus, un hôtel de luxe à Hawaï. Le directeur de l’établissement (Murray Bartlett), essaie, sans trop se forcer, de rendre le séjour de ses invités le plus agréable possible. Cependant, plus les jours passent, plus ces derniers révèlent des façades sombres de leur personnalités, ce qui va vite faire tourner les vacances au cauchemar. « C’est triste… », pourrait-on penser. Mais en fait pas du tout, car les personnages sont avant des richouilles insupportables. Et avouons le, les voir passer des vacances de merde a un petit effet cathartique.  

Une série qui va faire naitre des vocations de pool boy

Les points forts de The White Lotus

C’est plutôt drôle.

C’est plutôt bien écrit.

À une époque où les séries sont souvent formatées, il faut reconnaître que celle ci a une patte qui se démarque, notamment dans la forme. La bande originale, qui mêle chants hawaïens, personnes qui imitent des cris d’oiseaux et bruits de bambous, n’y est sans doute pas pour rien non plus. 

Murray Bartlett, parfait avec sa petite moustache et ses chemises à fleurs. Puisque Netflix semble résolument décidé à faire des reboots d’absolument toutes les séries ayant un jour existé, on peut supposer que celle de Magnum finira par arriver et que Murray Bartlett n’aura même pas besoin de passer d’audition.

Le reste du casting est également très bon : Connie Britton vient casser son image de mère parfaite acquise dans Friday Night Lights, Sydney Sweeney vient casser son image d’ado superficielle acquise dans Euphoria, Alexandra Dadarrio vient casser son image d’actrice de navets acquise dans Percy Jackson, San Andreas, Baywatch, etc. Et Jennifer Coolidge vient casser la baraque pour acquérir un Emmy. 

Seulement six épisodes donc ça se regarde vite et souvent d’une traite ou presque. Le tout sans cliffangher ou retournement de situation improbable.

Sachez que sur Internet, on trouve des dizaines de pages où les gens s’échangent les références des chemises de Murray Bartlett.

Les points faibles de The White Lotus :

Ça ne dure que six épisodes, mais ça n’empêche pas quelques moments d’ennui.

Malgré son originalité formelle, c’est une satire sociale de plus avec des personnages tous détestables et une morale du type « La société nous rend cons ». Car oui, on vit dans une société. 

Jake Lacy est excellent dans le rôle du jeune marié imblairable. On a envie de le frapper et il faut faire de gros efforts pour se rappeler que c’est un personnage et que ce brave Jake n’est pour rien dans tout ça.

Jennifer toujours aussi Coolidge

Le saviez-vous : 

C’est une série anthologique. La saison 2 vient de démarrer avec de nouveaux personnages et seule Jennifer Coolidge est à nouveau de la partie. L’action se déroule en Sicile et il y aura Michael Imperioli, F. Murray Abraham et Aubrey Plaza au casting. Si avec ça vous n’êtes pas déjà curieux… 

Si le créateur de la série s’appelait Mike Red, elle aurait pour nom « The Red Lotus ». 

Les conditions idéales pour la regarder :

Dans la chambre d’hôtel que vous avez payée, pas celle un peu moins bien que vous a refourgué l’hôtel après avoir fait une erreur. 

« Qu’entends-tu par « t’as vraiment la tête de con de ton père, Maman » ? »

Ce qu’il faut en retenir :

Finalement, vos vacances au Best Western de Fresnes-lès-Montauban n’étaient pas si mal.

Si vous avez aimé cette série, vous aimerez aussi : 

Enlightened, autre série de Mike White plébiscitée par la critique (une seule bonne raison de la regarder : Laura Dern). À noter que ça se passe aussi à Hawaï, car Mike White n’est pas complètement con : quitte à passer plusieurs mois en tournage pour une série, autant le faire au paradis.

The Fawlty Towers, une série de John Cleese et Connie Booth dont on vous parle dans Séries Illimitées.

Sans filtre, la dernière palme d’Or de Cannes dont on vous parle ICI, qui fait aussi dans la satire sociale en prenant comme cadre des riches en vacances. 

Dormir dans la cuisine.

Connaître les détails de la vie sexuelle de ses parents.

La drogue.

Avoir une petite moustache.

Avoir des grosses testicules.

Partir en vacances. Mais tout seul.

Quand le responsable t’annonce que le fondant au chocolat est remplacé par un flan

Bravo, vous êtes arrivés à la fin de ce texte ! Ça signifie que vous êtes capables de lire pendant plus de 3 minutes. Ça tombe bien, on s’apprête justement à sortir un livre avec plus de 213 fiches de séries. Pour le commander, c’est par ici (ou ici si le capitalisme vous enthousiasme moyennement).

3 réflexions au sujet de « [Bonus Séries Illimitées] The White Lotus »

Laisser un commentaire